Stearman PT 17 - © Sylvain Gourheu


Le BOEING A 75N1 STEARMAN S/N 75-1653 dénomination militaire PT-17 KAYDET Id Number 41-8094.



Le Stearman, avion mythique de l'entre-deux guerres, est un avion d'entrainement. Celui qui vous sera présenté en vol, a eu une vie hors du commun ! Sorti de chaîne le 16 mai 1941, il est admis au service le 29 mai 1941. Il sera en service pour toute la guerre à CARLSTROM FIELD FLORIDA, près d'Arcadia en Floride.

L'école Carlstrom Flield, Floride, USACette école formait essentiellement des pilotes anglais, quelques français aussi.Il a eu 3 accidents pendant la guerre:

4 janvier 1942, il sort de piste jusqu'à un fossé : un train, une aile, une hélice sont détruits

14 avril 1944, un passage sur le dos suite à un freinage appuyé car une rangée de T-6 fit peur à l'élève.



L'entrainement des élèves-pilotes - 1941
Bilan, l'avion reprendra du service après quelques détails:toutes les ailes détruites, le train, moteur, hélice une partie de l'empennage et les cadres avant! En gros c'est presque un avion neuf qui reprend du service quelques semaines après.




18 décembre 1944: le fuselage fut un peu abimé après avoir percuté une balise au sol.
Une rangée de Stearman, des élèves pilotes - 1941

Ensuite vient la vie civile, que de l'épandage jusque 1977. L'immatriculation change :NR 64926 qui deviendra N 64926 à la refonte des immatriculations américaines.
Vendu le 9 mars 1946 à Belford Flying Service en Arkansas puis vendu le 17 septembre 1948 à E. E. Terry, toujours en Arkansas.
Roane Flying Service, en Louisiane dont le propriétaire est... E. E. Terry, le rachète le 18 janvier 1965.

Il est modifié avec un Pratt&Whitney R 985, il sert à valider la STC (Supplemental Type Certificate) qui sera ensuite proposée par Roane.

Alder Mc Carthy, en Arkansas, le rachète le 30 juillet 1971. Il sera son dernier propriétaire américain.
En 1977, Jean SALIS l'échange contre une Delahaye 135, débute une restauration qui finira en 1982.
Pendant sa vie civile, il a eu toutes les modifications d'ailes et de moteurs possibles.
Ses ailes d'épandage ont fini sur un autre Stearman de l'amicale et il fut remis en configuration d'origine. C'est le premier Stearman importé en France et aussi le premier de Jean Salis. Il a été vendu en 1986 au proprio à qui Jérôme l'acheta en 2007.

Jérome Joulain, le pilote


Jérôme Joulain, pilote propriétaire du Stearman PT17Comme Obelix, il est tombé dans le chaudron ailé de l'aviation, étant petit. Son père, passionné fut un des créateurs de l'escadrille Pégase à Aix en Provence. Il eut eu la chance de bricoler sur ces drôles de bêtes entre deux têtes brulées et chevaliers du ciel... en noir et blanc bien sûr !


"En 1987, mon père signe pour le rachat d'un Broussard. Le 21 février 1988, je réalise mon premier vol de double sur Jodel D 120. On reçoit le Broussard le week-end de Pâques, mon père est dedans. Je me souviens encore de l'arrivée sur le terrain de Vinon-sur-Verdon."

Il réalise lentement sa formation pour cause de finances. Petits boulots en été, et Jérôme est breveté en octobre 1991 avec 48h de vol. Mais les assurances lui imposent un fatidique 180h de vol pour le solo en Broussard. Cela va durer car ses études, une prépa scientifique, ne lui laisse pas beaucoup de loisirs, la suite n'est pas meilleure.


"En 1997 je rentre dans la Marine Nationale, au cours de mes escales, je réalise en 1999 que je peux voler ailleurs. Je suis à Djibouti, presque 100h de vol, je passe ma qualification "B" sur SOCATA TB 10 "Tobago" et trimbale tout le petit monde du bateau sur le désert. Je découvre mes premiers vols en IMC dans le vent de sable, une blague me permet de garder l'horizon, le DME de revenir au terrain. Entre vols magnifiques et combats contre le Khamsin (vent de sable ), les cumulonimbus qui secouent même à bonne distance, je rentre en France après presque 5 mois de mission et plus de 180h de vol au total. C'est quelques jours après le lâcher sur Broussard, 12 ans que je l'attends! C'est aussi celui qui m'a le plus impressionné. Au cours de mes missions ultérieures, je revole dans tous les hémisphères du Cessna C 172 au Yak 52 en passant par le PT-19. Dans les années 2000 arrivent mes premières présentations en Broussard, l'achat d'un Ménestrel avec 2 amis et donc l'envol de mes heures de vol. En 2005, je revends le Broussard la mort dans l'âme, mais je n'ai plus les moyens de le faire voler.
En 2007, j'achète la première part du Stearman, la totalité cet hiver en janvier. Après quelques vols disparates sur cap 10b, je débute la voltige en 2009 à Tahiti sur Pitts modifié et Extra 200. Je poursuis toujours ma formation avec le Cap 10 B de Lorient."

Aujourd'hui, Jérôme est pilote professionnel.