Nord 1101 Noralpha

Le Nord 1101 Noralpha de l'Escadrille du Souvenir de NIORT

En 1941, les bureaux d’études de Sartrouville, qui deviendront par la suite la SNCAN, élaborent, sous contrainte Allemande, les plans du Messerschmitt 208, un appareil quadriplace de liaison rapide très confortable pour l’époque.
Le Général Goëring appréciait tout particulièrement cet appareil à tel point qu’il fut surnommé "l’avion de Goëring".

En 1945, après la libération, les employés de "Nord Aviation" remontent fièrement leur emblème sur la façade de leur usine ; emblème que les Allemands avaient fait descendre au profit du panneau "Messerschmitt", durant toute la Seconde Guerre Mondiale.

L’avion présenté ici devant vous, portant le numéro de série N°15, est le troisième d’une série de 200 appareils ayant volé uniquement sous les cocardes Françaises et avec le nouveau nom de "N1101 Noralpha Ramier".
Cet exemplaire, immatriculé F-AZVV est arrivé à Niort, à l’état d’épave en 1998. Huit années furent consacrées au travail de restauration, à la recherche de pièces manquantes ainsi qu’à la fabrication de certaines pièces désormais introuvables.


Le Nord 1101 de l'aérodrome de Chavenay-Villepreux

Lors de la seconde guerre mondiale, la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord, la SNCAN, a construit l’avion de liaison et de transport léger Messerschmitt Me 108 «Taïfun » (Typhon) sur l’ordre de l’occupant.  La même société a reçu la commande pour la conception et la réalisation d’un développement du précédent, recevant la dénomination de Messerschmitt Me 208.

Les améliorations par rapport au précédent ont porté sur une plus grande facilité de construction, une autonomie de plus de 1000 Km, ainsi que sur l’installation d’un train d’atterrissage à roulette de nez. Ce dispositif, courant de nos jours, était une nouveauté, l’avion devant servir à l’entraînement des équipages des chasseurs modernes tel le Messerschmitt Me 262  «Schwalbe» à réaction.

Deux prototypes furent construits sous l’occupation, le premier allant jusqu’à effectuer quelques vols sur le terrain des Mureaux avant le départ des troupes allemandes.

Après la libération, étant donné l’état de délabrement de notre industrie aéronautique et de nos bureaux d’études et usines, il fut décidé de continuer la construction «sous licence » de certains appareils construits précédemment pour l’occupant.

C’est ainsi que fut produit le Nord 1101, avion très moderne pour l’époque, qui différait principalement du Me 208 par l’installation d’un moteur Renault 6 cylindres en ligne inversés de 220 CV au lieu de l’Argus d’origine ( v8) de 220 CV.

Cet excellent appareil a été construit à 205 exemplaires. Il a été utilisé comme avion de voyage, comme petit transport ainsi que comme avion de liaison au sein de l’Armée de l’Air, de l’Aéronautique Navale et du Centre d’Essais en Vol.

L’exemplaire qui vous est présenté à été construit en 1947, il a accumulé 4000 heures de vol à l’armée puis à Toussus le Noble, en Picardie, à Bastia, à Agen, à Lons le Saunier et à Chavenay.

Il est conservé aux standards de 1947 (sauf les radios) et porte la livrée qu’il avait en 1958 quand il était en Tunisie au sein de l’ELA 47 (Escadrille de Liaison Aérienne n°47)

Le pilote propriétaire, Jean Pierre Morgantini, est né également en 1947. Il est instructeur planeur et fait partie d’un groupement de constructeurs amateurs et restaurateurs d’avions anciens, le GEPAS à Chavenay dans les Yvelines.